Tomber

C’est fou de voir à quel point le commerce du tatou se développe par les temps qui courent. C’est vraiment un business en plein essor. À l’époque de mes parents, il n’y avait que les marins pour se faire marquer ainsi; au Proche-Orient, seuls les bandits et les prisonniers se font encore tatouer… Dans nos rues, pas un quartier sans son échoppe plus ou moins artisanale; être bon en dessin paye enfin!

Drôle de manie que le tatouage. Un tatou, c’est ni plus ni moins qu’une cicatrice dont on  choisi la forme et, aussi important, l’endroit où elle apparaît. Extrovertie, on l’arborera sur les bras, le cou, voire le visage. Ou au contraire, on le cache et ne le montre que dans l’intimité… J’ai remarqué que ce sont surtout des jeunes qui font vivre ces commerces, mis à part mon ami Roger qui, éternel adolescent, se rock’n’rollise les bras dans la soixantaine… Roger est l’exception qui confirme la règle: le tatou chez le jeune est un moyen rapide de renforcer une identité encore indéfinie; la scarification peut être rituel de passage, associatif ou exploratoire, mais son caractère permanent, son immuabilité sont définitivement identitaires.

C’est pour ça qu’on ne voit pas beaucoup de plus vieux dans les échoppes de tatouage. Les adultes sont beaucoup marqués: la vie s’en est chargée. La gravité sert de stylet et nous ramène à notre centre ou celui de la terre dès que l’on s’envole un peu trop, nous marquant soit l’âme ou dans (sur) le corps, souvent de façon permanente et indélébile. C’est la chute en fait qui nous définit: tomber est le propre de l’homme. La chute, et son corolaire, se relever est probablement ce qui marque et renforce le plus, d’un point de vue identitaire, tout être humain.

On tombe amoureux, on tombe en panne, on tombe des nues et on finit dans une tombe… On ne cessera de se définir notre vie durant par les débarques, plus ou moins monumentales, qu’on aura prises. Les tatous que la vie occasionne, qu’on les porte sur le visage ou dans le cœur sont autant de traits qui font que nous sommes qui nous sommes, individuels, reconnaissables. Et comme l’aiguille du tatoueur, tomber fait mal…

Alors, pourquoi, je vous le demande, aller se faire marquer la peau en plus? À part Roger, évidemment…

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tomber

  1. Dafne dit :

    I think taht the problem is all about language. In French, « on tombe », in English someone « falls » in love. In Spanish, one « se enamora », pourtant on a un « enamoramiento ». Si l’on lit avec soin, on lit aussi: « en-amor-(a)miento », ça veut dire en espagnol: « je mens dans l’amour ». On ne sait pas vraiment à qui est la mensonge: envers soi même ou envers l’autre… Donc, la mensonge est une sorte d’illusion. Les illusions, ce sont des créations de l’esprit…

  2. Jo dit :

    J’ai bien aimé votre texte. J’ai toutefois une autre vision de l’expression ‘tomber en amour’, parce que je crois qu’il faut se l’approprier et lui donner l’image qu’on veut bien lui donner. Et si tomber peut blesser, tomber peut parfois se faire sans douleur. C’est de cette façon que je vois ça. Et puis j’utilise plus fréquemment l’expression : je suis amoureuse, que tomber en amour. Mais les mots ne sont que des mots et il n’en tient qu’à nous à les changer ou à ne pas les prendre au pied de la lettre😉

    Quant au tatou, j’en ai un, un seul et discret, qui est arrivé dans ma vie à un moment de grande révélation, à la mi-trentaine. Peut-être parce qu’il est petit, c’est un signe chinois que je trouvais beau esthétiquement et son sens reflétait ce que je vivais à ce moment, il n’y a eu aucune douleur lors de son application. Ce tatou a été la marque d’une célébration, il est venu souligné un tournant positif dans ma vie. Alors non, je ne crois pas que le tatou soit que douleur. Encore là, mon tatou étant petit, je n’ai aucun mérite à ne pas avoir ressenti de douleur. Je sais pertinemment que l’aiguille trançant de plus grandes surfaces sur la peau et l’endroit qu’elle marque jouent pour beaucoup et elle ne doit pas juste chatouiller…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s